Eglise Protestante Evangélique de Cosne-sur-Loire : Aimé WEBER

L'été est arrivé, avec enfin les vacances... Tout le monde l'attend ce temps de repos et de détente. Nombreux sont ceux qui le vivent en famille. Mais ces temps en famille sont-ils toujours une détente à la hauteur de ce que chacun souhaite? Oui, parce que vivre en famille, ce n'est pas toujours aussi évident que ce qu'on croit. Et parmi les difficultés, il y a la communication qui n'est pas aussi bonne que cela et qui tourne parfois en conflit explosif. Cela évoque-t-il en vous un sentiment de déjà vécu?

La Bible aurait-elle quelque chose à nous apprendre dans ce domaine?

Certainement! Car elle nous apporte des pistes de réflexion qui touchent à tous les domaines de la vie. Les réponses ne sont pas toujours toutes faites. Elles demandent même parfois de la persévérance dans leur recherche. Mais quelle récompense quand elles nous permettent de faire un pas en avant.

Nous connaissons tous les principales façons de communiquer. Tout de suite, nous pensons à la parole et à l'écrit. La technologie a permis de faire évoluer ces deux moyens de façon extraordinaire, mais ils restent fondamentaux. Puis, avec un peu de réflexion, nous découvrons que nous pouvons encore communiquer au travers de notre corps (un signe fait de loin ou un clin d'œil), ou par des actions (offrir des fleurs pour témoigner de son amour ou gifler pour exprimer son mépris). Mais trop souvent nous oublions que communiquer, c'est faire passer un message de manière à ce qu'il soit compris. Et pour cela, il faut développer une aptitude supplémentaire: l'écoute qui est le dernier mode de communication.

La Bible contient une collection de proverbes. J'y ai trouvé celui-ci: «Qui répond avant d'avoir écouté manifeste sa sottise et se couvre de confusion.» (Proverbes18:13)

Dans un même ordre d'idées, Jacques, qui était responsable dans l'Église de Jérusalem au 1er siècle, écrivait: «Mais que chacun de vous soit toujours prêt à écouter, qu'il ne se hâte pas de parler, ni de se mettre en colère. Car ce n'est pas par la colère qu'un homme accompli ce qui est juste aux yeux de Dieu.» (Jacques 1:19-20)

Je le reconnais, je suis comme vous, je préfère bombarder mon interlocuteur de mes idées que de prendre le temps de l'écouter, de m'intéresser à sa façon de penser, d'essayer de le comprendre et peut-être de remettre en question mes idées. On en arrive à ce qu'on pourrait appeler un «dialogue de sourds», ou chacun cherche à parler plus fort que l'autre pour imposer son avis mais ne prend pas la peine d'écouter. Mais combien nous améliorerions nos communications si nous prenions le temps d'écouter vraiment l'autre et de le comprendre.

Cette attitude de l'écoute est précieuse pour se placer en artisan de paix dans la famille quand le ton monte et que l'incompréhension commence de faire son œuvre destructrice. Qui aura l'humilité de faire le premier pas en interrompant le flux de paroles pour essayer de comprendre l'autre? Oui, car une fois que le ton est monté et que des méchancetés se sont échangées, il en résulte des blessures qui viennent encore compliquer la communication. Pour retrouver alors un dialogue apaisé, il faut une démarche de pardon mutuelle et du temps pour panser les blessures et calmer la souffrance. Vous en conviendrez, une telle démarche est nettement plus lourde que d'apprendre à communiquer en s'écoutant mutuellement.

La foi chrétienne n'est-elle qu'un livre de recettes pour améliorer nos relations et notre paix intérieure? Bien sûr que non! Certes, elle y contribue. Mais la Bible va plus loin que cela. Elle affirme qu'une telle mauvaise communication (celle où on blesse l'autre) est aussi et surtout une offense au Dieu d'amour, celui qui ne peut accepter quoi que ce soit de mal en sa présence. Il en résulte qu'un comportement blessant dans la communication brouille non seulement la qualité des relations inter-humaines, mais aussi et surtout, il sépare l'homme de son Créateur, le plongeant sous la condamnation.

Quelle issue nous reste-t-il, après un tel constat? A l'évidence, un rapide regard à notre vie nous rappelle que nous sommes tous condamnables, face à la justice implacable de Dieu. Et tous nos efforts sont incapables de nous hisser à la perfection attendue.

Pendant qu'il était physiquement présent sur cette terre, Jésus-Christ a affirmé à la foule qui l'écoutait: «Écoutez-moi tous, et comprenez-moi bien. Rien de ce qui vient du dehors et qui pénètre dans l'homme ne peut le rendre impur. C'est, au contraire, ce qui sort de l'homme qui le rend impur !» (Marc 7:14) A ses disciples qui avaient demandé des explications, il développe le raisonnement: «Ce qui sort de l'homme, c'est cela qui le rend impur. Car c'est du dedans, c'est du cœur de l'homme que proviennent les pensées mauvaises qui mènent à l'immoralité, au vol, au meurtre, à l'adultère, l'envie, la méchanceté, la tromperie, le vice, la jalousie, le blasphème, l'orgueil et à toute sortes de comportements insensés. Tout ce mal sort du dedans et rend l'homme impur.» (Marc 7:20-22)

Le problème est plus profond que ce que, trop souvent, on se l'imagine. L'être humain est en fait comme pourri de l'intérieur. Rechercher un mieux vivre ensemble est louable, mais restera toujours une démarche incomplète. Le besoin le plus profond de l'homme est d'être réconcilié avec Dieu. Pour cela, il doit reconnaître que tous ses efforts sont inutiles, il doit changer d'attitude, enfin, il doit reconnaître en Jésus-Christ, son Sauveur et son Seigneur.

La Bible affirme: «Ainsi, celui qui est uni au Christ est une nouvelle créature: ce qui est ancien a disparu, voici: ce qui est nouveau est déjà là. Tout cela est l'œuvre de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et qui nous a confié le ministère de la réconciliation. En effet, Dieu était en Christ, réconciliant les hommes avec lui-même, sans tenir compte de leurs fautes, et il a fait de nous les dépositaires du message de la réconciliation.» (2 Corinthiens 5:17-19)

C'est donc, dans cette démarche pour devenir disciple de Jésus-Christ, que l'être humain trouve la force pour véritablement améliorer ses relations en communiquant de mieux en mieux.

Aimé Weber

Partenaires

  • France MissionFrance Mission
    Bâtir des églises qui se multiplient       
  • Réseau FEFRéseau FEF
    Réseau Fraternel Evangélique Français
  • CNEFCNEF
    Conseil National des Evangéliques de France

Retrouvez-nous

Adresse


Ville


Code Postal


Pays

Nos coordonnées

  • EGLISE PROTESTANTE EVANGELIQUE
    DE COSNE-SUR-LOIRE
    158 ter rue de Donzy
    58200 COSNE-SUR-LOIRE
  • Pasteur Aimé WEBER
  • Tél: 03 86 28 34 46

Visiteurs

Aujourd'hui1
Hier48
Cette semaine158
Ce mois6692
Total131832